Avis d’André sculpteur !

Gîte impeccable pour notre groupe de randonneurs. Beaucoup de toilettes et douches, plusieurs types de chambres selon composition du groupe. Matériel de cuisine impecc. Abri devant la porte. Parking à côté.
Plancher et escalier peut-être un peu craquants (mais bon, c’est le propre du bois), attention à ne pas réveiller le couple qui dort au rez (déjà qu’on a chahuté la veille au soir…).
Larges ouvertures vers le jardin et barbecue (pour les cuistots paléos), et proximité immédiate de la ferme-safranière : le duo gagnant.
Peut-être ajouter quelques petits verres à goutte (gentiane, Chartreuse etc…) ? Mais c’est juste pour trouver quelque chose à redire.
Un regret : pas eu le temps (une heure, c’est très peu) de sculpter la rocaille comme je l’aurais souhaité.
Merci pour tout !

Oyez, oyez les amis,
j’ai l’immense privilège de vous annoncer la naissance de Mademoiselle Petra, Amalthée, Safrane de Chartreuse. Elle est issue de la rencontre entre une marne cartusienne et un sculpteur belge meurtri, ce 17 juillet 2017, au flanc du Pinet, et des rapports percutants qui s’ensuivirent.
Mademoiselle de Chartreuse est héritière de droit des titres suivants : Princesse du Très-Haut-Sangle, Grande Protectrice de la Brévardière, Marquise du Saint-Marcellin et du Safran réunis.
Suite au désintérêt coupable de son indigne géniteur (André, dit  » Père André » ,  dit  » le Doc  » ), Mademoiselle Petra de Chartreuse se retirera bientôt dans le domaine de Dame Nadine et de Sire Philippe, où elle trouvera le réconfort que sa triste situation requiert. Messire Jean-Louis lui présentera Monsieur Griou, son demi-frère abandonné dans des circonstances analogues l’été dernier, et qui saura trouver les nécessaires mots de soutien à sa malheureuse cadette.
Je joins trois portraits de Mademoiselle de Chartreuse (à soumettre après Photoshopage aux éventuels prétendants). Vous remarquerez que le masque facial reprend les caractéristiques physiques de son illustre lignée : la croix surmontant le globe. Le profil de la Princesse Petra, Amalthée, Safrane vous permet d’apprécier la qualité du sangle qui sépare sa lourde chevelure de son cou délicat.
Bises à vous,
André, sculpteur maudit

(pour nos hôtes du gîte et notre fermière-safranière préférée, en copie de ce mail,  n’ayez crainte : ce n’est pas contagieux !)